vendredi 4 juillet 2014

LE THEOREME DES KATHERINE


Auteur : John Green

Editions : Nathan

4ème de couverture :

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

 

 
 
 
 
Voilà voilà… Que dire ? Ben pas grand-chose finalement. Ce livre ne m’a pas écorché les yeux, pas plus qu’il ne m’a fascinée. Il ne m’a pas semblé particulièrement long mais je ne l’ai pas non plus lu rapidement. En fait, je me suis forcée et je déteste ça !

En quelques mots c’est l’histoire de Colin qui vient de se faire larguer pour la 19ème fois par une Katherine. Colin est un surdoué - mais pas un génie (oui, c’est très important pour lui visiblement) – qui se sent mal dans sa peau de grand Largué et qui attend avec impatience sa minute Euréka ! Oui parce que ce jeune homme veut marquer l’histoire, il veut avoir servi à quelque chose. Son ami Hassan (bon j'admets, lui il est marrant, un peu...) le suit en toute circonstance et c’est comme ça qu’il vont se retrouver loin de chez eux pour un été qui va les faire évoluer tous les deux. C’est cool… Non, c’est ennuyeux. Parce qu’entre quelques formules de mathématiques (heureusement, il ne faut pas être un pro pour les comprendre. Ou plutôt si. Ce que je veux dire c’est que si vous sauter les graphiques, vous comprendrez toujours autant l’histoire), les longues lamentations et le quotidien plutôt ennuyeux de la petite bande, il ne se passe pas grand-chose. Je pense que l’idée aurait pu avoir du potentiel mais c’est malheureusement traitée d’une manière qui ne soulève pas les foules.

Enfin voilà je me suis souvent surprise à regarder l'heure tourner, vautrée sur mon canapé à savourer le vide abyssal de ma vie au lieu de me plonger dans ce livre pour m'occuper. Autant vous dire que ce n'est pas normal chez moi... Peut-être est-ce parce que le dernier livre que j’ai lu de cet auteur était Nos Etoiles Contraires et que bon… hein ! Ou peut-être que je n’aurais jamais dû lire ce livre après avoir lu Kaleb de Myra Eljundir… En même temps, il est fort probable que n’importe quel livre que j’eus choisi après celui-là m’eut semblé sans grand intérêt…

 Ce que j’ai aimé :

-          L’écriture. John Green reste toujours agréable à lire, on ne peut pas dire le contraire. Mais lire un bon auteur qui raconte quelque chose d’inintéressant a un furieux goût de gâchis.
-          Les petites annotations en bas de page. Lorsque l’auteur veut rajouter une précision, il le fait sur un humour vraiment agréable. Finalement, ces petites légendes furent les seules choses qui me firent rire (avec une seule scène du bouquin : une scène de bagarre vraiment pas mal dans le genre ridicule).

 Ce que je n’ai pas aimé :

-          La manière dont l’histoire est traitée. Il manque des rebondissements pour ne pas piquer du nez après une vingtaine de pages.
-          Colin. Le personnage principal est plutôt fade. John Green a transformé ce surdoué en un robot intelligent dont le peu d’émotions ne nous atteint pas.

 Bref, cette chronique est assez pathétique (si, si soyons franc…) mais le livre a soulevé tellement peu de choses en moi qu’il m’est difficile d’en parler plus. J’ai même hâte d’en ouvrir un autre pour effacer mes quelques heures perdues…


 

A lire si : Comme moi, vous voulez découvrir un peu plus de la plume de John Green. Son écriture n’est pas vraiment décevante, c’est ce qu’il en fait qui n’est pas terrible. A lire aussi si vous voulez vous faire votre propre opinion, aimer le livre, et descendre cet article en flèche !
A ne pas lire si : Vous pensez avoir mieux à disposition dans votre bibliothèque…

8 commentaires:

  1. Bon, j'avais déjà pas très envie de le lire... du coup je pense que je ne le lirai pas ! :D
    En même temps, j'ai quand même envie de lire un autre John Green, parce qu'autant j'ai beaucoup aimé Nos étoiles contraires, autant j'ai pas trop aimé Qui es-tu Alsaka ?, du coup j'ai envie de tenter un troisième pour voir. Mais je pense que ce ne sera pas celui là ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends ton avis, mais je reste curieuse de lire un autre livre de John Green !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour cette raison aussi que j'ai eu envie de tenter. Au moins il me reste Alaska pour me refaire une meilleure opinion!^^

      Supprimer
  3. Ah mince, dommage que ça n'a pas été une lecture rapide à lire. La couverture est sympa c'est vrai
    PS : je t'ai taguée ici http://cap-lecture.blogspot.fr/2014/07/tag-liebster-award.html

    RépondreSupprimer
  4. En même temps un héros qui a le nom d'un poisson, ça sent mauvais mon coeur. ( hahaha) puis la couverture bof bof, t'aurais dû te méfier !
    Refile à John Green ma carte de fossoyeur, ça peut lui être utile (a.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je l'ai gagné sur Lire en Live, tout comme j'avais gagné nos Etoiles Contraires peu avant. Mais oui quand j'ai vu la titre je me suis fortement doutée.... Il faut que je lise Alaska et la face cachée de Margo maintenant, o-bli-gée! (puis c'est toujours mieux que The Mortal Truc qu'une nana bizarre veut faire lire aux gens).

      Supprimer
  5. C'est ce livre qui m'a fâché avec John Green. Pfffff il est d'une platitude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'es réconcilié (e?) avec lui en lisant le reste de ses livres? :)

      Supprimer

Je viens de découvrir que je pouvais mettre un message ici... Bonjour. Si vous laissez un commentaire vous aurez des crêpes au nutella.